les Davey de France

Alan and Pat live and work in Bordeaux. Alan is a pastor and Pat was a nurse. Now we work with UFM worldwide. Read on! (If you'd like to know what took us to Bordeaux, then start with the archives from September 2004)

Wednesday, November 17, 2010

Le mal fait-it partie du plan de Dieu / Spectacular sins chapitre 4

La désobéissance d'Adam et l'obéissance de Christ


Comment le péché d'Adam a servi à proclamer la suprématie de Christ.

la mort a régné depuis Adam jusqu’à Moïse, même sur ceux qui n’avaient pas péché par une transgression semblable à celle d’Adam, lequel est la figure de celui qui devait venir... Si par l’offense d’un seul la mort a régné par lui seul, à plus forte raison ceux qui reçoivent l’abondance de la grâce et du don de la justice régneront–ils dans la vie par Jésus–Christ lui seul. ( Rom 6 : 14,17 )

Piper commence ce chapitre par nous rappeler que son but est de proclamer Jésus-Christ- comme la personne la plus importante de tout l'univers, plus grad que tous les êtres créés de tous les temps...  Il dit aussi que tout ce qui existe, même le mal, "est ordonné par un Dieu infiniment saint et parfaitement sage, et ce dans le but de faire éclater davantage encore la gloire du Christ."

Il continue par citer le pasteur Anglais Stephen Charnock : "Dieu ne veut pas directement le péché, dans le sens d'une volonté efficiente. Il ne le veut pas directement, parce qu'il l'a interdit pas sa loi qui est une révélation de sa volonté. Car s'il voulait le péché de manière directe tout en l'interdisant de manière directe, il voudrait le bien et le mal à la fois, et il en résulterait une contradiction dans sa volonté. En effet, vouloir le péché de manière absolue, c'est pécher. Il est écrit: - Notre Dieu est au ciel, il fait tout ce qu'il veut (Psaume 115:3) Dieu ne peut donc pas vouloir le péché de manière absolue, parce qu'il ne peut pas pécher. Il veut le bien par un décret positif, parce qu'il a résolu de l'accomplir. Il "veut" le mal par un décret négatif, lorsqu'il n'accorde pas la grâce qui, certainement, pourrait l'empêcher. Il ne veut pas le péché en tant que tel, car ce serait l'approuver, mais il le veut dans le sens où, par sa sagesse, il en fera sortir du bien. Ainsi, Dieu ne veut pas le péché en soi, il le veut pour l'événement." (C'est ici que j'ai pris mon doliprane)

Pour celles et ceux qui sont poussés par les maux de tête à rejeter ce qu'il dit, il cite les textes suivants :

1) Juges 9:23-24 - Dieu envoie un "mauvais esprit" entre Abimélec et les habitants de Sichem pour l'accomplissement de son plan.

2) Luc 22:3-4 Judas livre Jésus après que Satan est entré en lui, et Actes 2:23 ajoute que Jésus est livré suivant le projet défini et la prescience de Dieu.

3) 2 Corinthiens 4:4 Paul explique que Satan aveugle l'intelligence des incrédules, et Romains 11:8-10 dit que Dieu envoie un esprit de torpeur et d'aveuglement.

4) 1 Chroniques 21:1 Satan excite David à faire le dénombrement du peuple, un grand péché, mais dans un sens, derrière Satan, Dieu était la cause du dénombrement (2 Samuel 24:1)

5) Job 1:12, 2:6 Satan reçoit de Dieu sa permission de tourmenter Job. Cependant Job déclare "l'Eternel a donné et l'Eternel a repris." (1:21) et "Nous acceptons le bien de la part de Dieu, et nous n'accepterons pas aussi le mal?" (2:10)

Pour soutenir son thèse il cite les réflexions de Théodore de Bèze : "Rien n'arrive d'aucune manière en dehors du décret infiniment juste de Dieu. Cependant, Dieu n'est aucunement l'auteur du péché et jamais il n'y prend part. Son pouvoir et sa bonté sont tous deux si grands et si éloignés de notre compréhension qu'au moment où il utilise le diable ou des hommes mauvais (qu'il punit ensuite avec justice) pour l'accomplissement de quelque œuvre, cette œuvre n'en reste pas moins sainte et juste. Ces choses établissent plutôt qu'elles ne l'empêchent l'existence de causes secondes et intermédiaires pas lesquelles tout arrive. Lorsque Dieu a décrété de toute éternité ce qui allait arriver à un moment précis, il a aussi décrété la manière dont il voulait que cet événement se produise. Par conséquent, si une imperfection vient à apparaître dans une cause seconde, il n'en demeure pas moins qu'aucune faute ou imperfection ne peut être trouvée dans le conseil éternel de Dieu."

Puis il cite les cas de Joseph et le péché de ses frères, l'endurcissement du cœur de Pharaon, et les temps de famine envoyés par Dieu. Nous lisons que :

Le mal existe pour un but

"L'Eternel a tout fait pour un but, même le méchant pour le jour de malheur" (Prov 16:4) Ce but est la gloire de Jésus-Christ (Col 1:16)


"Dès la création du monde"

Puis on considère le péché d'Adam. On voit les textes de Romains 5 : 12  C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché…, si par l’offense d’un seul il en est beaucoup qui sont morts, à plus forte raison la grâce de Dieu et le don de la grâce venant d’un seul homme, Jésus–Christ, ont–ils été abondamment répandus sur beaucoup.... Ainsi donc, comme par une seule offense la condamnation a atteint tous les hommes, de même par un seul acte de justice la justification qui donne la vie s’étend à tous les hommes. Car, comme par la désobéissance d’un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs, de même par l’obéissance d’un seul beaucoup seront rendus justes. Or, la loi est intervenue pour que l’offense abonde, mais là où le péché a abondé, la grâce a surabondé, afin que, comme le péché a régné par la mort, ainsi la grâce règne par la justice pour la vie éternelle, par Jésus–Christ notre Seigneur.

d'Adam et, avec ce péché, la chute de l'humanité tout entière. Cela est bien indiqué par les textes qui parlent du sacrifice du Christ, planifié avant la création du monde. ( Apocalypse 13:8, 2 Timothée 1:9 ) Cette perspective signifie que la grâce salvatrice de Dieu nous a été accordée avant qu'un quelconque péché humain n'ait été commis - "même que ce plan éternel a rendu le péché nécessaire".

Romains 5:12-21 contient cinq descriptions de Christ :

a. celui qui devait venir. Adam sert comme image de Christ, une préfiguration de Christ, parce qu'avant Adam et la chute, Dieu avait déjà prévu son plan de salut en Christ.

b. un parallèle édifiant. Adam est le père de la race humaine et le chef fédéral de l'humanité entière. Quand Adam a péché toute sa descendance a péché en lui. Christ est le chef fédéral de tous celles et ceux qui se trouve en lui, afin que son obéissance soit a notre compte.

c. le péché abonde à cause d'Adam, mais grâce à Jésus-Christ la grâce sur-abonde, une grâce souveraine et puissante.

d. l'obéissance parfaite de Christ rend juste tous celles et ceux qui sont unis avec lui, imputée à tous et a chacun.

e. la triomphe de la vie sur la mort. Si par l’offense d’un seul la mort a régné par lui seul, à plus forte raison ceux qui reçoivent l’abondance de la grâce et du don de la justice régneront–ils dans la vie par Jésus–Christ lui seul

Telle est donc la suprême gloire de Christ. Celui qui devait venir est infiniment supérieur à Adam. La grâce et l'obéissance de Christ et la vie éternelle qu'il nous a acquise sont plus grandes que le péché d'Adam, pourtant si lourd de conséquences.

No comments: